La ville de Lens perd des habitants alors que dans le même temps, l’agglomération lensoise reste stable. Cette donnée est la base d’une passe d’arme politique entre les chefs de la gauche lensoise.

La population de Lens serait passée de 35563 habitants en 2006 à 31398 en 2014 et pourrait, selon les spécialistes,² passer sous les 30000 cette année.

Dans le bulletin municipal Lens Mag, la majorité municipale se réjouit des constructions d’immeubles d’habitation et des rénovations en cours dans certaines cités. Dans la Voix du Nord, Sébastien Plociniczak, universitaire, économiste et ancien proche de Jean Pierre Kucheida, attaque la politique menée par le Maire Sylvain Robert. L’un et l’autre s’opposent sur la manière d’amener de nouveaux habitants à Lens.

La droite et l’extrême droite se lamentent sur les fermetures de petits commerces du centre ville. Elles s’adressent essentiellement à la petite bourgeoisie inquiète pour son niveau de vie. Et la gauche lensoise, elle parle à qui ?

La question du nombre d’habitants est une préoccupation de techniciens de la politique, de gestionnaires. La gauche lensoise, au fond, s’adresse elle aussi à la bourgeoisie. Sur un ton rassurant, elle lui dit : « nous sommes en concurrence pour savoir celui qui sera le plus capable de défendre vos intérêts ».

Cela n’est pas la question de la gauche authentique, celle qui parle aux ouvriers.