On l’a appris en milieu de semaine, le Racing s’apprête à vendre le jeune défenseur Mobido Sagnan. On parle de cinq Millions d’euros. Évidemment, un tel « deal » a quelque chose d’écœurant. Mais une partie des supporters pourtant semble acquise à une vision pragmatique du football.

Cinq millions d’euros, c’est une somme impressionnante pour un joueur qui évoluait en équipe B il y a deux saisons de cela, et n’a disputé en tout qu’une douzaine de matches en ligue 2 (Domino’s ligue 2 bien sûr…). Bon, en fait, 5 000 000 d’euros, c’est une somme impressionnante en soi !

Pour des raisons juridiques, de contrat ou d’assurance, mais de toutes façons pas pour le sport, le Racing retient Sagnan jusqu’à la fin de saison. Le club le prête à la Real Sociedad de Futbòl (Saint Sébastien, Pays Basque) avant un transfert définitif la saison prochaine.

Encore un joueur formé à la Gaillette, dont on nous dit qu’il est un espoir attendu, qui est pourtant mis sur le marché avant d’avoir marqué la pelouse de Bollaert.
Une partie des supporters (#coucoulamarek) crie au gâchis et dénonce le foortball-business. D’autres supporters assurent qu’il faut être raisonnable…

Être raisonnable, ce serait voir le Racing comme une entreprise commerciale. Partant de là, être un supporter « intelligent« , ce serait intégrer le fait que les profits sont une dimension du jeu. Le club a des charges (les salaires, les infrastructures) et se trouve sur un marché concurrentiel, il faudrait donc savoir faire une bonne affaire quand elle se présente, quitte à se couper une jambe.

Le capitalisme se glisse partout. Le genre de trucs qu’on nous explique au travail pour justifier les décisions de la direction, on devrait aussi les accepter dans le foot et de la part du Racing. Les deux types de supporters sont-ils encore conciliables ?