Dead Boy est un musicien qui projette avec singularité ses sentiments contradictoires. Il parvient sur certains de ses titres à brosser une réalité qui va a delà de lui-même. Voilà un rappeur touchant dont les sons relèvent du cœur du bassin minier.

Dead Boy fait du rap dans un style parfaitement actuel. Il s’entoure fréquemment d’autres artistes (comme DNVM, S.PACE, DENAM, noxx et XII) pour produire ses musiques, réaliser ses vidéo et pour des featuring. Ancien frontman d’un groupe de hardcore prometteur lui-aussi, Dead Boy se concentre aujourd’hui sur ses projets solo, mais n’est jamais vraiment seul.

Des sentiments qui font mal

Le souffle court, Dead Boy enrage contre la difficulté de se réaliser, d’exister pleinement. Il parle des sentiments tronqués, des barrières qui enserrent les êtres, de la difficulté d’aimer. Mais dans le même temps, il met en avant le groupe, l’altérité et les valeurs humaines comme chemin pour triompher.

Les drogues et l’alcool, comme la violence des trafics et les déceptions humaines sont comme des fantômes qui hantent ses textes. Mais l’artiste n’est pas complaisant avec ces habitants gênants. Il relève leur présence, semble les côtoyer, souvent avec dépit. Ici (il est de Billy-Montigny), on ne fanfaronne pas avec les gangsters.

Des valeurs humaines qui sauvent

De même, s’il y a bien ça et là quelques injures sexistes (à base de mères notamment), on comprend qu’il s’agit d’une concession au style, une sorte d’offrande au parler de la rue. Le plus souvent, Dead Boy se dit en quête d’amour véritable et parle des sentiments comme de choses précieuses.

Dead Boy évolue, d’une mue à l’autre, dans un monde en perte de repères. Il s’accroche à ses sentiments pour ne pas sombrer dans la violence aveugle ou chacun est censé détruire l’autre. Il avance dans cette noirceur par de grands efforts du cœur et du corps.

Après un premier EP C’est un bordel sorti en 2018, Dead Boy se fait les dents sur scène. Il sera notamment à Lille à La Rumeur le 6 Avril prochain.

Pour suivre Dead Boy sur Instagralm