Sous l’impulsion des « hommes d’affaire »; le quartier des gares est en pleine mutation. C’est la structure de cette partie du centre ville qui évolue. Cette évolution a un double aspect, avec d’un côté les voies d’accès et de l’autre les bâtiments. La friche de Mistigriff est une sorte de caillou dans la chaussure de la classe dominante. Elle est sur le point d’être évacuée.

En même temps que la circulation est modifiée dans Lens, que les voies des Bulles (BHNS) se dessinent, de nouveaux bâtiments à l’allure contemporaine sortent de terre. A côté du bâtiment administratif abritant Pôle Emploi, l’immeuble d’habitation Prisme s’élève maintenant.
Ce quartier, le quartier des gares, sera le futur centre d’affaire de la future métropole verte de Lens.

Lens capitale d’un nouveau territoire

Les grandes villes, ces métropoles, aspirent l’activité autour d’elles. L’activité économique, culturelle, scientifique, les moyens de transports collectifs et les routes qui drainent les flots de travailleurs, tout converge vers elles. Dans notre région, Lille est sans conteste la métropole. Lens essaie de s’extraire de ce champ magnétique. Lens souhaite elle-aussi devenir une métropole pour le bassin minier.

Les investisseurs veulent renforcer l’attractivité du territoire. Pour cela, il faut un centre capable de démontrer que renouveau du bassin minier est en cours. Un peu comme s’il fallait investir de l’argent pour que d’autres investissent de l’argent, pour faire plus d’argent…

Le pâté de maisons Mistigriff, face au pont Césarine, à l’angle de la rue Jean Létienne (la rue de la gare) et de la rue Urbain Cassan, casse la perspective des promoteurs. Ces bâtiments vétustes sont inoccupés depuis plus de dix ans. Ils gênent le déploiement des Bulles vers la rue Cassan et abiment la vue du futur nouveau quartier. Les travaux de démolition commencent, et il s’en sera bientôt fini des ces immeubles.

Un nouveau centre ville

Il y a un schéma qui forme comme un nouveau plan du centre de Lens. La gare TGV et les Bulles formeraient le nouveau mode de déplacement. Celui-ci serait facilité par une circulation libérée avec le nouveau passage sous les voies près de Bollaert et l’avenue Delelis. Elle relierait le stade Bollaert, le musée du Louvre-Lens et l’Université. On l’aura compris, Lens mise beaucoup sur ses bâtiments blancs et lisses, aux faux airs de vaisseaux de Star Wars, qui croisent dans le quartier des gares. Ils forment le cœur économique de la future métropole. On ne sait cependant pas encore quelle sera la place des lensois là dedans..