Samedi matin, à l’appel du groupe de Lens-Liévin du collectif Ensemble pour le climat en Haut-de-France, une centaine de personnes a participé à la marche qui s’est déroulée dans le prolongement des « grèves » pour le climat. Il régnait un esprit démocratique portant des valeurs positives et des revendications locales concrètes pour peser sur les institutions. Bien sûr, en considérant l’ampleur du problème, on admettra que cela n’est pas suffisant.

J’adore les dinosaures mais je ne veux pas finir comme eux

Pancarte tenue par Louis, 8 ans.

On marche en famille dans le centre ville. En effet, beaucoup d’enfants et d’adolescents portent le message d’un changement nécessaire pour le climat. Au point de rassemblement, on a repéré un apiculteur en tenue, un gilet-jaune (sans doute égaré), des scouts venus nombreux, des militants du PCF, des membres de l’association Droit au vélo et des personnes de CCFD-terre solidaire.

L’ambiance est plutôt « catho de gauche« , ce qui est logique puisqu’à l’exception du PCF, aucune organisation ouvrière n’est présente. L’enjeu est, pour le collectif, de sensibiliser les lensois. Les slogans sont axés sur les risques qui pèsent sur l’humanité du fait du réchauffement climatique. On parle de crime contre l’Humanité, sans même un mot pour les autres espèces. Les animaux meurent pourtant par milliers du fait de la destruction de leurs milieux naturels.

« Et la CALL, elle est où la CALL ? »

Les marcheurs interpellent aussi directement les élus de la Communauté d’agglomération de Lens Liévin. Les collectivités de plus de 20 000 habitants ont en effet l’obligation légale de mettre en place un plan climat à leur échelle (PCAET), en y intégrant des enjeux de qualité de l’air. D’après le collectif local Ensemble pour le climat, la CALL accumule les retards et peine à prendre des mesures concrètes.

La marche se termine à la gare de Lens. Les prises de parole sont teintées d’une émotion particulière. En effet, dans la semaine, Élise, une mère de famille, par ailleurs membre de Droit au vélo, a trouvé la mort alors qu’elle se trouvait sur un passage piéton avec son bébé de 18 mois. Après un minute de silence, un texte en son hommage, engagé contre le tout auto et pour les modes de transport doux a été lu.

Ce type de rassemblement est une première et, pour le collectif, une réussite. Il faudra d’autres mobilisations, et il y en aura.

One Reply to “L’esprit démocratique de la marche pour le climat à Lens”

Comments are closed.