Daniel Leclercq, sacré icône du football populaire à Bollaert

Bollaert a rendu un hommage touchant à Daniel Leclercq, décédé vendredi. Le public Lensois a honoré la mémoire d’un de ses héros. Mais Daniel Leclercq ce n’était pas que le Racing, il a fait s’animer d’autres tribunes que celles de Bollaert. Le trait d’union entre les clubs de Daniel Leclercq, c’est les valeurs ouvrières. Pour cela, c’est tout le football populaire qui pleure le « Druide ».

Dépassant les ultras qui cultivent les divisions entre les publics, de nombreux supporters espèrent que les valeurs communes du foot populaire rassemblent à nouveau. La mentalité de querelle de clochers qui est celle qui sous-tend les violences entre supporters les soirs de derby est si mesquine. Les supporters de VA et ceux de Lens ont tant en commun.

Bollaert est un temple, et le racing, on ne le sait que trop, est une religion à Lens. Alors, face à cette ambiance mystique qui rayonnait depuis la Marek, on a pu voir comme une apparition. Dans la froideur moite du stade silencieux, la figure christique de Leclercq en appelait à la fraternité et à la paix entre les supporters de ses clubs.

Les ultras pourront peut-être se montrer à la hauteur des enjeux du foot populaire en guidant le stade vers la réconciliation. Mais il est plus probable qu’ils resteront les agents de la division. Cela est très utile aux clubs-entreprises qui se font concurrence sur le marché du foot business.